Victoria Abril

Pays: Spagna

Taille: 160 cm

Poids: 47 kg

IMC: 18.36 - Insuffisance pondérale 

L’actrice et chanteuse Victoria Abril, (Victoria Merida Rojas de son vrai nom) est née le 4 juillet 1959 à Madrid.

 

Sa vocation première est la danse classique, qu’elle pratique avec ardeur jusqu’à l’adolescence. Encouragée par son professeur, elle accepte néanmoins son premier rôle au cinéma dans « Obsession ».

 

La jeune comédienne choisir alors de s’appeler Abril et incarne, à 16 ans, la reine Isabelle aux côtés de Sean Connery et Audrey Hepburn dans « La Rose et la flèche », puis tient le rôle d’un homme qui devient femme dans « Cambio de sexo », première étape d’une longue collaboration avec Vicente Aranda, cinéaste qui permettra à l’actrice d’obtenir un Prix d’interprétation à Venise en 1991 pour « Amants » !

Venue s’installer à Paris au début des années 1980, Victoria Abril tourne dans « La Lune dans le caniveau » et « L’Addition », décrochant pour ces deux compositions une nomination au César du Second rôle en 1984 et 1985. Elle donne la réplique à David Carradine et tourne avec Oshima, mais c’est dans son pays natal qu’elle trouve les rôles les plus intéressants, en particulier grâce à Almodovar.

Après une brève apparition dans « La Loi du désir », elle est en 1990 l’héroïne d’ « Attache-moi ! », une star du X séquestrée par Antonio Banderas. Pour le pape de la movida, elle incarne aussi la fille de Marisa Paredes « Talons aiguilles » puis la redoutable « Andréa la balafrée » dans « Kika ».

Proche de Josiane Balasko et Gérard Jugnot depuis qu’elle a joué dans « Nuit d’ivresse », Victoria Abril ne tarde pas à devenir, grâce à ces deux acteurs-réalisateurs, aussi populaire de ce côté-ci des Pyrénées. Ces piliers du Splendid la dirigent dans leurs comédies à succès : « Une époque formidable… » et « Gazon maudit », dans lequel elle campe une femme mariée qui se découvre des penchants homosexuels.

Appréciée pour son mélange de fantaisie, d’énergie et de sex-appeal, qu’on retrouve dans « 101 Reykjavik » ou encore « Cause toujours ! », Victoria Abril tourne en Espagne dans des oeuvres sombres comme « Personne ne parlera de nous quand nous serons mortes », qui lui vaut un Goya en 1996, le thriller « Entre les jambes » ou « Le 7ème jour de Saura ».

En France, dans les années 2000, elle multiplie les rôles comiques, le plus souvent écrits par des femmes, de Charlotte De Turckheim à Florence Quentin.

Elle tient un des rôles principaux de la série à succès « Clem » !

[Photo : zimbio.com]