Daniel Brühl

Pays: Espagne

Taille: 176 cm

Poids: 74 kg

IMC: 23.89 - Poids idéal 

L’acteur Daniel Brühl est né le 16 juin 1978 à Barcelone, en Espagne.

 

Fils du comédien Hanno Brühl et d’une professeur catalane, Daniel Brühl nait à Barcelone mais grandit à Cologne.

 

 

Sa carrière débute avec des rôles dans des soaps sur les télévisions allemandes. Il prête également sa voix pour le doublage allemand du film d’animation « Le Château des singes ». Au début des années 2000, Brühl obtient des rôles dans des films à petit budget allemands comme « Schule, Pour une poignée d’herbe » ou encore « Das weiße Rauschen ».

C’est en 2003 avec le long métrage « Good Bye, Lenin! » de Wolfgang Becker que son talent se révèle au plus grand nombre et se confirme avec la sortie de « The Edukators ». Il s’essaye au tournage en langue anglaise dans « Les Dames de Cornouailles », aux côtés de Judi Dench et Maggie Smith.
Sa carrière internationale s’intensifie par la suite avec sa participation au « Joyeux Noël » de Christian Carion, « 2 Days in Paris » de Julie Delpy et même au blockbuster « La Vengeance dans la peau ».

Polyglotte, les productions de toutes nationalités se succèdent en 2008 : en anglais avec « In Tranzit » de Tom Roberts, en espagnol dans « Un poco de chocolate » d’Aitzol Aramaio et en allemand pour le « Krabat » de Marco Kreuzpaintner.
L’année suivante, Daniel Brühl rejoint le casting d’ « Inglourious Basterds » de Quentin Tarantino, puis retrouve l’actrice/réalisatrice Julie Delpy dans « La Comtesse ».

S’ensuit deux années au cours desquelles il renoue avec le cinéma germanique et des productions plus modestes comme « Eva » et « Et si on vivait ensemble » avec Pierre Richard, Guy Bedos et Jane Fonda.
L’année 2012 est marquée par ses retrouvailles avec Julie Delpy qui l’invite à tourner la suite de « 2 Days in Paris », intitulée « 2 Days in New York ».

Quelques mois plus tard, il incarne le pilote Niki Lauda, avec un réalisme confondant, dans « Rush » de Ron Howard, puis campe l’associé de l’informaticien Julian Assange pour Bill Condon en donnant la réplique à Benedict Cumberbatch dans « Le Cinquième pouvoir ».

[Photo : thehollywoodreporter.com]

Loading...