Amira Casar

Pays: France

Taille: 167 cm

Poids: 51 kg

Âge: 48 ans

Signe: Taureau Taureau

L’actrice Amira Casar est née le 1er mai 1971 à Londres.

 

Découverte par le photographe Helmut Newton, Amira Casar travaille comme mannequin pour Gaultier et Chanel.

 

 

Se tournant vers la comédie, elle intègre le Cours Florent en 1989 et se produit sur scène dans Hedda Gabler d’Ibsen. A partir de 1991, elle complète sa formation au Conservatoire, avec pour professeurs Catherine Hiegel et Philippe Adrien.

Après une première apparition au cinéma en 1989 dans « Erreur de jeunesse », Amira Casar incarne l’une des jeunes filles en fleur d’ « Ainsi soient-elles » de Patrick Alessandrin. L’année suivante, le public la remarque dans « La Vérité si je mens ! ».
Son rôle d’épouse de Richard Anconina lui vaut une nomination au César du Meilleur espoir féminin en 1998 !

Fort de ce succès, elle participe au tournage de la suite en 2000. On retrouve par ailleurs cette brune à la beauté sophistiquée et à la voix grave dans plusieurs films à l’humour un rien provocateur, comme « Pourquoi pas moi ? », « Le Derrière », « Le Coeur à l’ouvrage » ou encore « Filles perdues, cheveux gras ».

Donnant libre cours à sa fantaisie dans « Tôt ou tard », « Quand on sera grand » et « La Cloche a sonné », Amira Casar déploie une sensualité trouble dans les univers très personnels d’Anne Fontaine pour « Comment j’ai tué mon père », Catherine Breillat pour « Anatomie de l’enfer » aux côtés de Rocco Siffredi et « Une vieille maîtresse », Tony Gatlif pour « Transylvania » et des frères Larrieu dans « Peindre ou faire l’amour » et Le « Voyage aux Pyrénées ».

En 2008, elle multiplie les registres en jouant dans le thriller « Intrusions », le film d’horreur « Kandisha » et le troublant portrait sur la dictature « Nuit de chien », de Werner Schroeter, en compétition au Festival de Venise.
L’année suivante, au contraire, est marquée par un retour aux projets plus légers, comme le film choral « Bancs publics » et « Gamines », dans lequel elle partage l’affiche avec Sylvie Testud et Lubna Azabal.

Privilégiant les comédies, l’actrice incarne la sœur juive frustrée de Nicolas Maury dans le burlesque « Let My People Go ! », et reprend le rôle de Sandra Benzakhem dans « La Vérité si je mens ! 3 ».

[Photo : puretrend.com]

Loading...