Albert Dupontel

Pays: France

Taille: 174 cm

Poids: 71 kg

Âge: 55 ans

Signe: Capricorne Capricorne

L’acteur, réalisateur, scénariste et humoriste Albert Dupontel (Philippe Guillaume de son vrai nom), est né le 11 janvier 1964 à Saint-Germain-en-Laye.

 

A la fin des années 1980, il se forme à la comédie au Théâtre National de Chaillot. C’est à cette période qu’il débute sur grand écran dans « La bande des quatre » et dans « Encore ».

 

Mais c’est en 1991, que le comédien se fait véritablement connaître du grand public avec son one man show intitulé « Sale spectacle », qu’il joue à l’Olympia.
Fort de ce succès, Albert Dupontel apparaît en 1995 dans « Un héros très discret » de Jacques Audiard. Sa prestation lui vaudra d’être nommé aux César dans la catégorie Meilleur second rôle masculin.

Un an plus tard, il réalise son premier long métrage, « Bernie », dans lequel il interprète également le rôle-titre. Albert Dupontel signe ensuite la mise en scène de son deuxième film, « Le créateur » en 1998. L’année suivante, il joue dans « La maladie de Sachs » sous la direction de Michel Deville, où il fait preuve d’une capacité à incarner des personnages torturés et complexes.

Il enchaîne alors les films choc, comme « Irréversible » en 2002, puis « Du bleu jusqu’en Amérique », « Deux jours à tuer » et comédies plus populaires « Monique » et « Odette Toulemonde ».
Il collabore notamment avec Jeunet pour « Un long dimanche de fiançailles », Thompson pour « Fauteuils d’orchestre » et avec Klapisch pour « Paris ».

A partir de 2004, après « Le convoyeur », on le voit également s’essayer à un registre plus physique comme le montrent ses prestations dans « Jacquou le croquant » en 2007, « L’ennemi intime » et « Chrysalis ».
Albert Dupontel s’improvise « Président » en 2009, et livre une prestation étonnante dans « Enfermés dehors », qu’il réalise.

En 2009 il réalise également « Le vilain » dans lequel il donne la réplique à Catherine Frot. En 2011, Dupontel rejoint de nouveau le duo de réalisateur Grolandais Benoît Delépine et Gustave Kervern. Après « Louise Michel » en 2008, il poursuit avec « Le grand soir », où il incarne le frère de Benoît Poelvoorde.

Avec le déjanté « 9 mois ferme » en 2012, il revient à la réalisation pour la cinquième fois et retrouve Sandrine Kiberlain, 18 ans après « Un héros très discret ».

[Photo : zimbio.com]

Loading...