Thomas Ngijol

Pays: France

Taille: 196 cm

Poids: 80 kg

Âge: 41 ans

Signe: Scorpion Scorpion

L’humoriste, acteur et réalisateur Thomas Ngijol est né le 30 octobre 1978 à Paris.

Fils de Gilbert Ngijol, sociologue camerounais, et de Crescence Ngijol, infirmière, il grandit à Maisons-Alfort, dans le Val-de-Marne en banlieue parisienne.

Dans les années 2000, il travaille à l’école primaire du groupe scolaire Aimé et Eugénie Cotton de Bonneuil-sur-Marne, dans le Val-de-Marne comme animateur. Il rencontre ensuite Dieudonné en participant aux cours de café-théâtre donnés au Théâtre de la Main d’Or à Paris.

Il est remarqué pendant le festival Juste pour rire de Nantes avec un hommage particulier à Richard Pryor. L’humoriste a écrit un one-man-show intitulé « Bienvenue » qu’il a joué dans de petites salles parisiennes avant de se faire remarquer par Kader Aoun.
Ce dernier lui ouvrira les portes du Jamel Comedy Club. Il sera à l’affiche d’une comédie produite et réalisée par Alex Alabaz du collectif Kourtrajmé, « Les Abyssiens ».

Il s’est également fait connaître à la télévision sur Canal+, dans l’émission « Le Grand Journal », avec une rubrique quotidienne pendant deux saisons. Ses sketches les plus connus sont « Un Superman noir ! », « Les jeux olympiques d’hiver ? », « Le Bac » et « Mon retour du Cameroun ! ».

En septembre 2008, il rejoint l’émission de Stéphane Bern « Le Fou du roi », sur France Inter. Ses apparitions lui permettent de booster son premier spectacle de stand-up post-Jamel Comedy Club, qui débute en 2009, « A block ».

En octobre 2010, il passe au cinéma en co-écrivant et co-réalisant son premier film avec son confrère et complice Fabrice Éboué, intitulé « Case départ », une comédie populaire sur l’esclavage, thème rarement traité ainsi dans le cinéma français, dont l’action se passe aux Antilles, à la fin du xviiie siècle.
Ce film, un succès en salles, est « une bonne surprise » d’après les médias français !

Parallèlement, il tient des rôles secondaires dans d’autres comédies : en 2008, la satire « Vilaine », puis en 2011, la romance « La Chance de ma vie », de Nicolas Cuche.

L’année 2014 est chargée, en février sort dans les salles françaises sa seconde collaboration avec Fabrice Éboué : « Le Crocodile du Botswanga » tandis que son camarade officie toujours au scénario et à la mise en scène.

Durant l’été, il dévoile ensuite la comédie « Fast Life », son premier film en tant qu’unique scénariste, réalisateur et tête d’affiche.
« Thomas Ngijol 2 », son second one-man-show est un succès à travers la France. En 2016, il poursuit ainsi les représentations au théâtre du Châtelet, à Paris.

[Photo : agencesartistiques.com]

Loading...